Home Actualités Drame de Dabondy-rails : les ordures tuent encore à Conakry !
Drame de Dabondy-rails : les ordures tuent encore à Conakry !

Drame de Dabondy-rails : les ordures tuent encore à Conakry !

0
0

Quatre (4) morts, des mineurs pour la plupart, des blessés et d’importants dégâts matériels, notamment des maisons et leurs contenus sérieusement endommagés par les eaux. C’est le bilan des inondations survenues au quartier Dabondy, secteur Makia Touré, dans la commune de Matoto suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur Conakry dans la nuit du vendredi, 17 mai 2019.  

Amertume, tristesse, désolation, colère, résignation, tous ces qualifient collent pour décrire l’état d’âme de ces familles attristées. Un drame survenu aux environs de 00h à la suite de la pluie diluvienne qui s’est abattue sur Conakry.

Très affecté pour avoir presque tout perdu, Mamadou Samba Camara s’est efforcé à revenir sur les circonstances de ce drame : « il était environs de 00h et puisque nous savons que nous habitons tout près des caniveaux, je me suis pas endormi très tôt. Parce que je voyais que la pluie menaçait de venir.  Et quand la pluie a cessé un peu, j’ai décidé de sortir pour voir l’état du voisinage. Dès que j’ai franchi le seuil de la porte de la chambre, j’ai vu directement l’écoulement de la boue. Arrivée au niveau de la porte, j’ai voulu ouvrir. Et c’est là, j’ai vu que le niveau de l’eau dépassait ma taille. Donc j’ai refermé immédiatement et j’ai cherché à trouver une autre issue. Mais pour les maisons des voisins, j’ai vu que la forte pluie avait emporté les murs et les murs sont tombés sur les habitants qui dormaient déjà.»

Contrairement à ce dernier, cet autre père de famille, la mort dans l’âme explique comment ses quatre adolescents ont péri sous son regard impuissant. « Il y a eu cinq mort à Dabondy, je suis le père de trois enfants plus l’une de mes petites filles. Vers 1h du matin, il y’a mes enfants qui m’ont réveillé en me disant papa l’eau est rentrée dans la maison. Aussitôt, je me suis levé pour ouvrir la porte. A peine dans cette réflexion, la force des eaux a poussé le mur qui s’est écroulé sur mes enfants. On était huit dans la maison et  quatre sont morts. C’est ainsi que je suis sorti avec les trois autres plus une des filles de mon voisin », explique en larmes Mohamed Sylla.

Aussitôt alertés, les sapeurs-pompiers se sont présentés pour transporter les corps à la morgue.

Des drames que certains observateurs attribuent à la mauvaise construction dans les quartiers, à l’incivisme des citoyens qui déversent des ordures dans les caniveaux mais aussi à l’inaction de l’Etat qui manque de politique nationale d’assainissement.

Il est à rappeler qu’en plus du plan d’urgence d’assainissement de la capitale, le programme global d’assainissement financé à hauteur de 100 millions d’euros est mis en place mais tarde à produire des effets escomptés.

Osons espérer donc que cet autre drame fouettera l’orgueil de l’Etat pour une action structurelle au bénéfice exclusif des guinéens.

Mariama Kesso Diallo

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guineenews