Home Actualités Grève des enseignants : le ministre IKK a tenté de rassurer les parents mais…
Grève des enseignants : le ministre IKK a tenté de rassurer les parents mais…

Grève des enseignants : le ministre IKK a tenté de rassurer les parents mais…

0
0

Décidément, le mot d’ordre de grève lancé par « les dissidents du SLECG » (syndicat libre des enseignants-chercheurs de Guinée) à la tête Aboubacar Soumah a été suivi. Du moins, selon nos constats via nos reporters et correspondants basés à Conakry (Matoto, Ratoma, Kaloum) et à l’intérieur de la Guinée notamment à  Pita, Boké, Labé.

Ce, malgré les appels de l’association des parents d’élèves et amis de l’école, le parlement des enfants, le comité des jeunes du SLECG et le Gouvernement. Ce dernier d’ailleurs avait annoncé des mesures prises afin de rassurer les parents qui étaient septiques d’envoyer leurs progénitures à l’école.

Des appels qui sont tombés dans des sourdes oreilles. Car, ce lundi 12 février 2018, le programme scolaire déjà affecté par les précédentes grèves a été encore troublé dans plusieurs établissements scolaires du pays.  A Conakry, les cours ont été perturbés dans plusieurs écoles. C’est le cas du collège Yaguine et Fodé et le lycée Léopold Sédar Senghor dans la commune de Matoto. Même constat dans les écoles primaires de Tombo,

Ici à Matoto, l’engouement n’était pas au rendez-vous. Selon le proviseur du lycée Léopold Sédar Senghor,  « 22 élèves sur les 1940 ont répondu à l’appel. Et 8 professeurs sur 23 se sont présentés ce lundi à l’école»,a précisé Balla Diarra.

Par ailleurs, après quelques heures de cours, les élèves du lycée n’ayant pas d’enseignements en situation de classe ont commencé à faire du bruit. Ce qui a poussé le proviseur du lycée à libérer les élèves.

Pour lui, il s‘agit d’une manipulation des élèves : « les élèves étaient en classe et ils ont commencé les cours maintenant. Mais les élèves des terminales sciences maths et expérimentales n’avaient pas de prof et ce sont ces élèves qui ont commencé à crier », a t-il regretté.

Cependant, le ministre Ibrahima Kalil Konaté (K²) tente de rassurer : « Les services de sécurité envisagent à titre préventif toutes les dispositions nécessaires pour que les cours se déroulent dans un climat de paix ».

Aux enseignants, le patron de l’éducation nationale invite à la présence massive dans les écoles : « Nous demandons à tous les enseignants de reprendre le chemin de l’école au nom de l’avenir de la nation (…). Toute revendication syndicale à caractère salarial ou sociétal doit être débattue sans animosité, sans diatribes dans un cadre institutionnel. Que ceux qui sont dans la dissidence rejoignent leur syndicat corporatif qui leur tend une perche pour qu’il y ait la cohésion sociale. Il doit être évité toute forme de violences physique ou verbale », interpelle le ministère de l’éducation.

A noter que des élèves ont exprimé leur mécontentement par endroit à Conakry ce matin à cause de l’absence des enseignants dans les écoles.

Aboubacar Condé et Ibrahima SM Sylla

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guineenews