Home Actualités JUSTICE Me Sacko fait d’importantes annonces
JUSTICE Me Sacko fait d’importantes annonces

JUSTICE Me Sacko fait d’importantes annonces

0
0

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Cheick Sako avec à ses côtés, les cadres de son département et de ceux du parquet général a échangé le 4 Août 2017 à Conakry avec la presse sur les dossiers brulants de la justice guinéenne. Très détendu pour la circonstance, Me Cheick Sako est revenu sur le concours des élèves greffiers et des auditeurs de justice, la situation judiciaire de Elie Kamano et de Takana Zion, sur l’épineux dossier du  28 septembre, sur le trafic des êtres humains et le lynchage public devenu monnaie courante en Guinée.

 

Visiblement à l’aise, le ministre Cheick Sako a, à l’entame de son intervention déclaré que la Guinée était en « dehors de toute normalité en matière de justice et de démocratie judiciaire. » D’où la nécessité selon lui, d’accorder un mois de vacance judiciaire allant du 1er au 31 août aux magistrats. Ceci, pour dit-il, leur permettre de se reposer afin de mieux se pencher sur les gros dossiers qui seront suspendus pendant cette période et dont la reprise se fera lors de la prochaine rentrée judiciaire.

 

Concours des élèves greffiers

Parlant du concours des élèves greffiers et auditeurs de justice, le ministre a indiqué qu’il s’agit pour le ministère de donner un nouvel élan dans la prestation des institutions judiciaires du pays. Une action inscrite dans l’agenda du ministre et qui matérialise son engagement pris lors de sa prise de fonction concernant la formation initiale et continue des fonctionnaire de la justice. Pour une question de budget, le ministre a annoncé que seulement 50 places pour les greffiers et 50 autres pour les auditeurs sont disponibles sur les 750 candidatures.

 

Le sort d’Elie et de Takana

Evoquant la situation des artistes Elie Kamano et Takana Zion, Me Cheick Sako a tranché en disant que les deux sont des citoyens comme tous les autres guinéens. Par ailleurs, il a déclaré avoir donné des instructions afin que les deux leaders du reggae guinéens soient libérés et placés sous contrôle judiciaire. Les autorités ont tout de même annoncé qu’ils seront jugés pour des fautes commises.

 

Tueries du 28 septembre 2009

Revenant sur le sensible des tueries du 28 septembre 2009, le ministre a, encore rassuré le dossier  suit son cours normal. Répondant aux sceptiques, le Garde des Sceaux a réitéré la capacité de la justice guinéenne à pouvoir traiter ce dossier jusqu’au bout. Il a aussi déclaré qu’à la fin de l’instruction, place sera accordée à la préparation du procès dont la date sera annoncée avant la fin de l’année 2017. Aux ONG nationales et internationales, le ministre martèle : « jamais, la justice guinéenne ne se pliera aux différentes injonctions des ONG ».

 

Traite d’êtres humains

Sur la question relative à la traite des êtres humains, le Ministre reste ferme et  promet que la justice sera impitoyable. Il a déclaré avoir instruit les deux parquets généraux pour un suivi constant des différents cas.

 

Lynchage public

Se prononçant sur le triste lynchage public qui tue la justice à petit feu, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux est passé aux aveux. « Le phénomène de lynchage populaire pose un problème puisque ça va au-delà de la justice. On ne peut pas demander à l’armée ou à la police de faire tout ce que les citoyens doivent faire. Il y a par là un problème d’éducation, de responsabilisation. Les chefs de quartiers, les imams, les sages doivent jouer leur rôle. Mais quand un crime de ce type est commis, la justice fera son travail» a encore promis le Garde des sceaux guinéen.

 

Aboubacar Condé

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guineenews