Ratoma Rue RO.501 (T3) Nongo (carrefour petit simbaya)
Sabari FM GuineeSabari FM GuineeSabari FM Guinee
(Lun - Dimanche)
hawasanouci@gmail.com
Carrefour Petit Simbaya
Sabari FM GuineeSabari FM GuineeSabari FM Guinee

Santé/Kindia: certaines femmes boudent les consultations prénatales (Constat)

La consultation prénatale (CPN) est une composante intégrante et essentielle des quatre piliers de la maternité à moindre risque.  Un processus qui se finalise par un accouchement favorable pour la mère et surtout pour le nouveau-né. Le hic, ce principe est de plus en plus ignoré par certaines femmes. C’est le cas dans la cité des agrumes où de nombreuses femmes  enceintes refusent catégoriquement le suivi dans un centre de santé encore moins dans un hôpital. Ceci, au nom de certaines coutumes et habitudes.

 

Mafoudia Fofana résidente au quartier Condetta 3 dans la commune urbaine de Kindia est à son 7ème geste très avancé mais, confirme n’avoir jamais été dans un centre de santé de la place.

« J’ai 6 enfants. Je les ai tous eus à domicile. Je ne sais pas si ce 7ème geste m’amènera à l’hôpital par urgence. Mais tous les autres, c’est à la maison avec assistance d’une vieille femme de chez nous. Tout ça, c’est parce que mon mari n’a rien, et je suis aussi issue d’une famille pauvre. Mais Dieu merci, car mes 6 enfants m’ont toujours facilité l’accouchement à domicile et sans problème comme s’ils savaient la situation », a-t-elle soutenue.

 

Une réalité aux conséquences multiples fâcheuses comme l’atteste Madame Dramé née Fatoumata Barry, sage-femme maitresse au centre de santé Manquepas : «Par rapport à cette situation, la pauvreté est une raison fondamentale mais il  y a aussi une question de coutume. Car jusqu’à présent il y a des belles mères qui insistent à ce que leur belle-fille accouche à la maison. Elles disent toujours ceci quand moi, je tombais enceinte c’est la dame-là qui m’aidait toujours à accoucher, donc toi aussi (belle fille) ce serait la même chose. Donc la fille qui n’a jamais accouché va suivre sa belle-mère. Ensuite, il y a aussi le poids des chefs de famille qui sont catégoriques sur certaines décisions. Mais par contre, d’autres femmes aussi refusent catégoriquement de fréquenter les centres de santé comme ça. Surtout aujourd’hui le suivi de ces femmes enceintes est gratuit», indique-t-elle.

 

Des complications peuvent parfois surgir lors de ces accouchements à domicile et qui se terminent souvent par des situations irréparables. « C’est une décision qui a des complications énormes. C’est des femmes qui vont accoucher sans connaitre le poids de leur enfant. Ou bien c’est des femmes qui vont avorter sinon avoir des menaces d’avortement, des accouchements prématurés. Ça peut même créer une malformation congénitale. Et puis c’est des femmes qui peuvent s’infecter et si elles ont le VIH-SIDA, le bébé sera aussi infecté. Normalement, une femme doit au moins avoir 3 écographies durant les 9 mois de grossesse. Plus tu viens à l’hôpital, plus ces risques baissent », souligne Fatoumata Barry.

 

Abdoulaye chérif Keita, correspondant régional basé à Kindia

Leave A Comment

Subscribe to our newsletter

Sign up to receive latest news, updates, promotions, and special offers delivered directly to your inbox.
No, thanks